La surprise le Dingo - Attention ?
Insulaires représentent la race de dingo la plus pure à l'Estde l'Australie, ayant été isolés des chiens domestiques.
Les dingos sont restés sauvages et  bien qu'ils ne soient habituellement pas dangereux, certains sont devenus agressifs, suite à des visiteurs qui leur donnaient à manger et qui les malmenaient.

 


 carte   airlie beach
 
Autorisation d'accés par Avion privé - tel:(07)4123 7100
 Autorisation d'accès des véhicules - tel:(07)5486 3160.
 Traversées (barges) - tel:(0795486 3227.
   de Hervey Bay à Kingfisher Bay
   - tel: (07)4125 5511.
 Website:www.kingfisherbay.com

 

 


  Le Top!
dans une île
 Une étape obligée?...

Forêts vierges, lacs d'eau douce, oiseaux et plantes rares, surprises !.. aux plages immaculées de sable blanc et pour combler vos désirs, le coucher de soleil sur la mer de corail sans oublier une nuit à la belle étoile au bout du monde....

    l e   Pa r a d i s
                        
Fraser Island
fait partie du Patrimoine Mondial depuis Décembre 1992

   

Fraser Island est la plus grande île de sable du monde, elle s'étend sur 144 km de long de la côte du Queensland, sur 184 000 ha, elle s'est formée au cours des siècles à partir de l'érosion des montagnes du nord de la Nouvelle-Galles-du Sud. Les dunes atteignent une hauteurs de 240 mètres,20 kilomètres de parois de falaises spectaculaires de sables colorés. Des rochers volcaniques déchiquetés.

 

 

 

 

 

 

 Un permis (pour le camping)
du Queensland National Parks and Wildlife Service est nécessaire pour faire passer une voiture ou pour y rester la nuit.

 



L'histoire
 Fraser Island, tout d’abord appelée K’GARI (ou paradis) par ses premiers habitants fut découverte par le capitaine James COOK, le 29 Mai 1770. Cette année là, il contourna Fraser Island par la côte Est, qu’il supposa être un promontoire. Le Capitaine Cook l’appela INDIAN HEAD (après que la population aborigène se soit assemblée sur cet énorme rocher), SANDY CAPE et BREAKSEA SPIT. La nuit du 22 mai 1836, le bateau Stirling Castle heurta la barrière de corail à quelques centaines de kilomètres au nord de Fraser Island. Dix-huit personnes se trouvaient à bord, dont le capitaine James Fraser et sa femme Eliza.
L’équipage mit un bateau de sauvetage à la mer et ainsi remorqua le capitaine Fraser et sa femme dans un bateau séparé, mais les amarres furent finalement coupées par la pression exercée par les rameurs, dans une tentative désespérée d’accélérer l’allure du bateau.
Les hommes d’équipage débarquèrent à proximité de Waddy Point, ou ils abandonnèrent le navire pour se mettre en quête d’eau douce, mais tous furent capturés par des aborigènes.
Une fois dévêtus, ils furent gardés en captivité pendant plusieurs semaines, et ils furent forcés à vivre de façon " naturelle" souffrant d’extrêmes privations.
Le capitaine Fraser étant malade et dans l’incapacité de porter du bois, fut transpercé par la lance d’un aborigène. Le capitaine ne pus guérir de cette blessure et mourut huit ou neuf jours plus tard. On raconte aussi qu’il mourut de faim. Eliza Fraser survécut et retourna en Angleterre en 1837.
Son talent de conteuse d’histoires s’avéra très lucratif, et le récit à sensation de ses épreuves fut vendu dans toutes les librairies de Londres. Les souffrances du capitaine Fraser et de sa femme Eliza devinrent légendaires ainsi que l’île, qui est la plus grande île sablonneuse du monde, elle fut rebaptisée FRASER ISLAND (l’île Fraser).


 Le peuple Butchulia
Les premiers habitants de Fraser Island (ou F'GARI) et du continent proche étaient le peuple Butchulla. Un petit groupe d'hommes résidaient sur l'île de façon permanente. Durant l'hivers, les aborigènes se rassemblaient et se rendaient sur Fraser Island pour célébrer l'abondance de nourriture que leur livrait l'océan. Le peuple Butchlla se déplaçait en canoë, fait à partir d'une longue pièce d'écorce, hermétiquement fermée à chaque extrémité par de la cire d'abeille.
Les canoës étaient également utilisés pour pêcher et chasser le Dugong et les tortues.
Un feu était aménagé sur le sable ou des algues à l'intérieur des canoës et les poissons étaient immédiatement cuits après avoir été pêchés.

Pour s'abriter, les Butchullias coupaient de longues bandes d'écorce d'environ deux à trois mètres, et les assemblaient en forme de bouclier afin d'en faire un toit.

En hivers, des peaux d'opossums et un feu allumé à l'entrée, réchauffaient le refuge. Des branchages étaient utilisés pour récolter des patates sauvages et d'autres racines. Les couteaux étaient taillés dans la pierre.
Les haches étaient faites de roc solidement attaché à un manche, grâce à la gomme et de la cire d'abeille.
Les abeilles tenaient une place prépondérante dans la culture du peuple Butchulla. Non seulement pour la cire, mais également pour le miel, qui était la source principale de sucre. Les " Grass Tree " ou Xanthorrhoea, représentaient la base de la nourriture des Butchulla. Ils utilisaient la partie inférieur des feuilles qui s'apparentaient à celle des choux. Les feuilles étaient mangées crues ou cuites et le fruit était grillé. Les feuilles de PANDANUS étaient pour confectionner des paniers, et les fruits contenant un poison étaient placés dans un sac, réalisé par les aborigènes, qui le trempait dans un cours d'eau, afin de le débarrasser de toutes les substances toxiques. Un homme ne pouvait pas se marier à une femme qui était du même clan que lui, et les enfants appartenaient au clan de la mère. Le cannibalisme était pratiqué uniquement vis-à-vis de ceux qui étaient tués au combat ou de ceux qui mourraient en bas âge. Aucun homme était tué délibérément pour être mangé. Les os des morts étaient séchés et placés dans un sac au creux d'un arbre appelé "arbre funéraire".